Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

I. Morin Larbey - Yoga : le geste épouse le souffle ...

Publié le par DC

... et l'esprit comprend (enfin) ses souffrances

 

MG 5661MG 0735MG 5661MG 0735MG 5661MG 0735MG 5661

 

Découvrir le yoga à travers Isabelle Morin-Larbey, présidente de la Fédération nationale des enseignants de yoga en France (FNEY), c’est se frayer une voie vers « la connaissance de soi physique et intellectuelle ».  Le yoga recentre en effet les incertitudes qui oscillent entre désir de vie et volonté d’abandon. La paix intérieure qui n’arrive parfois jamais ; la quiétude qui nous fascine comme une poussière d’étoile avant de se dérober ; le bonheur qui n’effleure l’instant que pour mieux disparaître... le yoga les ramène au milieu de l’être.
« Le yoga est la seule philosophie qui part du corps pour arriver à l’esprit. Le corps est le lieu d’expression qui donne accès à la pensée, à une transcendance », explique Isabelle Morin-Larbey. Elle retrace les nuances de cette philosophie, dont elle s’est appropriée l’essence au terme de sept ans d’études à L’École française de yoga (EFY), où elle est aujourd’hui formatrice.
Forte d’une licence en droit et d’une maîtrise d’espagnol, elle concilie dans la pratique culture et savoir-faire, qu’elle aura affermis grâce aux enseignements d’Yvonne Millerand, pionnière du yoga en France, dans les années 80. Des acquis qu’elle est venue partager pour la 4e fois au Liban, dans le cadre d’un séminaire ayant regroupé 80 enseignants de yoga libanais, dont certains se réfèrent à l’EFYO et la FNEY.

« Le geste et le souffle »
Les mots précis d’Isabelle Morin-Larbey, dépouillés d’émotion, revêtent un mysticisme fidèle à une discipline où « le corps est un outil qui donne accès à la manifestation du monde », une activité qu’elle enseigne depuis trente-cinq ans. Elle décrit ainsi le voyage au fond de soi, que pave graduellement la technique du yoga. Cette technique se fonde sur « l’harmonie du geste et du souffle », qui permet progressivement de « prendre conscience que nous sommes vivants parce que nous respirons ». « L’harmonisation du mouvement et de la respiration crée d’abord un effet psychologique basique qui s’accompagne d’une détente corporelle (ralentissement des battements du cœur, amélioration des jonctions...) », explique Isabelle Morin-Larbey, précisant que ce sont là des « effets mesurables », qui préludent à un apaisement interne. La détente basique encadre une « conscientisation de ce qui est en dehors de nous et nous traverse, une mise en relation perpétuelle avec ce qui nous entoure, qui nous permet éventuellement de toucher l’essence de l’être humain et sa présence au monde ».
Tranquille émancipation
Le yoga, attentif au mouvement et à la respiration, initie à l’écoute des interactions incessantes en soi et à l’extérieur, leur assimilation, puis leur réappropriation, comme assises de l’instant présent. Ainsi, les textes philosophiques qui servent de mode d’emploi en la matière, comme le Yoga-sutra de Patanjali (recueil de 195 aphorismes), expliquent l’enjeu escompté. « Il faut arriver in fine à vivre mieux l’instant présent, c’est-à-dire être capable de suspendre les tourbillons du mental », affirme Mme Morin-Larbey. Pour atteindre ce but, le professeur doit « rendre l’autre autonome » et cette émancipation prend appui sur le corps. La posture se meut progressivement en expression de soi et « sert à venir explorer une sensation posée, tranquille ». Ainsi, les gestes « s’adaptent à chacun et respectent ses limites », dans le cadre d’un exercice « structuré, organisé et pensé ». Souvent, l’apprenti yogi manifeste une résistance, fût-elle dans un geste aussi anodin que de retourner l’épaule. « Le corps est là comme le témoin de ce que nous sommes », explique Mme Morin-Larbey. Que l’enseignant gère cette résistance « avec tendresse » et habilite l’autre à percevoir « la résonance avec une chose vécue » qui s’exprime ainsi dans le mouvement.
« Ni gymnastique, ni sport, ni religion »
Né de « l’observation empirique de l’homme par l’homme, transmis oralement puis par écrit », le yoga est par définition « école de persévérance, de patience et d’humilité », un espace propice au face-à-face intérieur, qui suspend « cette folie furieuse, capricieuse » des consommateurs modernes. D’ailleurs, Isabelle Morin-Larbey insiste sur « la tendance à mal comprendre le yoga ». « Le yoga n’est ni une gymnastique, ni un sport, ni une religion », martèle-t-elle. Ce ne sont ni les prouesses acrobatiques ni la compétition ardue qui sont recherchées. Elle n’a de cesse de dénoncer les appellations de yoga faussement accolées à des cours de gymnastique, ou encore certains excès physiques que de prétendus enseignants de yoga dictent à leurs élèves. Si à votre premier cours vous vous trouvez contraint d’effectuer des mouvements rocambolesques, vous saurez que vous avez affaire à un faux... L’un des premiers principes du yoga est l’ahimsa, ou la non-nuisance (dont le corollaire est la non-violence comme principe d’action). Le yoga ouvre « la voie de dépouillement » dans le sens profond du terme, et ce ne sont « ni les serviettes griffées, ni les souliers spéciaux », ni une mise en scène feutrée de bougies ou d’encens qui lui donneront son sens. « Le yoga se fait pieds nus, les mains dans la poche », résume Isabelle Morin-Larbey. « Cette suffisance n’est ni par misérabilisme ni par frustration, mais l’expression de la richesse infinie que recèle le yoga. » Une autre nuance à retenir : « Le yoga n’implique ni égoïsme ni réclusion, mais ouverture à l’autre, grâce à la disponibilité de notre corps et notre esprit. »
Le cœur et les multiples vérités
Cette philosophie de vie porte un idéal relayé par le cœur, le moteur de toute transformation, de tout transfert du corps vers l’esprit. Elle fonde d’ailleurs ses enseignements sur la possibilité infinie de liens entre les hommes, dont les différences convergent dans une observation de l’être humain et de sa manière de toucher au monde. Elle se base ainsi sur le caractère pluriel de la vérité. « Les vérités sont multiples », souligne Isabelle Morin-Larbey. Le yoga est d’ailleurs l’un des six points de vue de la philosophie indienne.
Cette multiplicité de vérités rejaillit dans le terme de « seigneur », récurrent dans cette philosophie, dont l’un des préceptes est de « déposer les fruits de l’action aux pieds du seigneur ». Un enseignement qui fait écho aux religions, en même temps qu’il les transcende. « Il s’agit du mouvement de la vie : remettre tout ce qu’on a appris dans le flot de la vie », explique Isabelle Morin-Larbey. Et l’ultime apprentissage est « non de maîtriser la matière, mais de la comprendre ». Le monde rejaillit ainsi au sein de l’être, là où l’aspiration à quelque « salvation » divine, évanescente, trouve une issue inespérée, une exaltation concrète, dans l’amalgame des perceptions affectives, des instincts et pensées qui tissent le vécu palpable. « Discerner les causes de la souffrance », sans que celle-ci ne disparaisse, pour pouvoir s’affranchir des « scénarios de répétition dans notre vie ». « La part d’ombre reste, mais l’on sait la repérer », conclut Isabelle Morin-Larbey, citant une belle image du Rig-Veda (grand texte sacré de l’hindouisme) : « Les ténèbres n’avalent pas la lumière. »

Sandra NOUJEIM | 17/10/2012
L'Orient le jour - Le quotidien libanais d'expression française

Publié dans Textes

Partager cet article
Repost0

D. Faïck - Le yoga et la maîtrise : de l’ardeur à la plénitude

Publié le par DC

Portuaires 1894MG 0099Portuaires 1894 MG 0099Portuaires 1894 MG 0099Portuaires 1894

 

Le yoga a la réputation d’être une pratique tranquille dont la finalité principale est la relaxation. Or cela va à l’encontre de sa nature. Le yoga est en effet une pratique qui nécessite une constance, une énergie afin de se maîtriser soi-même au travers d’un lâcher prise qui permet de vivre la profondeur de la conscience et atteindre la plénitude. Une fois que cette finalité est réalisée, alors l’effort nécessaire disparaît.
L’effort d’une pratique constante
Le yoga est souvent présenté partiellement comme une façon de se détendre, et ainsi de relâcher les tensions corporelles et mentales. L’erreur commune consiste alors à faire du yoga un état inerte dans lequel le corps, allongé sur le tapis, se laisse aller à la passivité. Il s’agirait ainsi de faire du yoga un moyen de relaxation parmi d’autres. Cette vision est erronée. Loin, en effet, d’être une pratique mollassonne, un délassement, ou un paisible repos transitoire, le yoga est un investissement de tous les instants afin de transcender les déterminations qui nous asservissent. Il s’agit de dépasser les conditions des phénomènes qui peuvent dominer l’homme afin de vivre une expérience intérieure. Il en résulte finalement la réalisation de la liberté au sein de laquelle, libéré des troubles, libéré du volontarisme, sans besoin à présent de l’effort, l’être est dans la plénitude, dans une intime conscience de la réalité.
Le yoga est un chemin qui demande un engagement soutenu dans la mesure où il s’agit pour l’être humain de dominer ses instincts, ses pulsions, ses élans primitifs, en bref sa nature. Cette opposition n’est en rien contre-nature, mais elle tente en définitive d’aller au-delà des spontanéités de base de l’être humain, qui peuvent le soumettre, le dominer et ainsi engendrer la souffrance. Si l’homme a des énergies naturelles fondamentales, il a aussi la capacité de les maîtriser. Là aussi est sa nature.
Le yoga s’oppose alors au laisser aller, aux facilités qui séduisent, à l’absence d’efforts qui nous donne l’illusion d’être au repos. Il est une quête de la maîtrise de soi, recherche qui est fort loin de s’identifier à l’apathie. Ce contre-courant est motivé par une finalité bien spécifique : la fin de la souffrance. Le yoga vise l’éradication de la douleur physique, de la souffrance psychique ou de l’angoisse métaphysique. Or, comment un tel projet pourrait-il être réalisé dans la tiédeur d’une pratique instable et balbutiante ?
Le yoga est avant tout un refus : celui d’être soumis aux troubles psychologiques et corporels ; celui d’être assujetti aux désordres du monde des hommes et du monde phénoménal dans sa généralité. On comprend aisément qu’un tel refus ne peut être une sinécure. Les hommes subissent sans cesse des maux et le yoga est un des moyens d’y échapper. Cette libération ne peut être ainsi une tranquille flânerie. L’engagement devra être à la mesure de la puissance des troubles qui ternissent l’existence humaine.
Le yoga demande un esprit alerte, vif, réceptif, motivé. Il bannit le doute incessant et l’hésitation constante qui mettent nécessairement un obstacle à la finalité. Dans toute démarche, dans toute pratique, le doute constant, qui est ici le manque d’assurance, la peur, l’incertitude, la réticence envers le bien-fondé des principes et l’efficacité de la pratique, ne fait que rendre encore plus inefficace ce qui est entrepris. Le yoga est une pratique, non une croyance. Son efficacité ne se mesure qu'à l’aune de l’expérimentation, une attention fine et subtile afin que l’expérience soit accompli avec le plus de perfection possible. Un esprit agité qui vagabonde sans cesse, qui n’est pas tout à ce qu’il fait ne peut accomplir pleinement le yoga. Ce chemin n’est pas ainsi une relaxation pépère. Le mental et le corps demeurent vigilants, impliqués, résolus.

Denis Faïck
Extrait de la Revue Française de Yoga - Juillet 2006

Publié dans Textes

Partager cet article
Repost0

I. Morin Larbey - Le yoga de l'engagement ... à la dilatation

Publié le par DC

Portuaires 1907 MG 4788 Portuaires 1907MG 4788 Portuaires 1907 MG 4788 Portuaires 1907

 

Le yoga a trait à l’homme et à sa propre histoire dans l’évolution du monde. Né en Inde il y a environ 4000 ans, il est surtout dans son essence le fruit d’une longue observation empirique, précise et minutieuse de l’homme par l’homme dans sa globalité. Ce mot sanskrit est dérivé de la racine « YUJ » qui signifie « joindre, mettre ensemble ». La forme la plus répandue en occident en est le hatha-yoga, soit l’union du soleil (ha) et de la lune (tha), rendant les opposés complémentaires. Voilà d’emblée poser son propos : réconcilier ce qui semble être aux antipodes. Il va à l’encontre d’une tendance de notre société actuelle encline à cloisonner, diviser, zapper à l’envi et qui finit souvent par s’égarer à tant vouloir se morceler ; voire à déraper à tant vouloir se précipiter. Il crée du lien en tissant ensemble l’intellect et l’affect, le féminin et le masculin en une « belle et bonne étoffe de vie » dirait Rabelais.
Qu'est-ce qui nous permet de vivre, de nous relier à l’univers ? Le corps. C’est lui notre champ d’expérience sensorielle, c’est avec lui et par lui que nous découvrons le monde qui nous entoure. Alors une évidence se dessine. La pratique du yoga va consister, en le mettant au centre, à harmoniser le travail de ce corps avec ce qui l’anime – le souffle - et avec ce qui le guide – le mental – afin de réunifier l’être humain que nous sommes. Tout se joue là. La respiration va s’adapter au mouvement et l’accompagner tandis que l’attention portée au geste et au souffle sera maintenue constamment. Ces trois facteurs, le geste, le souffle et l’attention, travaillés ensemble pendant une heure ou plus, permettent le recentrage, cette présence à ce que nous sommes et à ce que nous faisons dans une simplicité d’écoute et un accueil des sensations éprouvées pendant la séance. Mais tout cela ne se fait pas dans le désordre si j’ose dire. L’intelligence, la richesse et la subtilité du yoga se rejoignent dans la proposition structurée d’une progression dans la pratique et d’une intention donnée à cette expérience. De fait, cette tradition est construite, précise, réfléchie, élaborée… Elle est le fruit d’une longue chaîne de transmission. Elle en a la solidité et le poids. Deux maîtres-mots vont être les piliers de cette architecture : l’aisance et la fermeté. Et la pierre angulaire en sera la lenteur. La pratique et la transmission du yoga nécessitent aussi un engagement, et la force de s’y tenir. D’une certaine façon, nous nous inscrivons dans une histoire, à mille lieues d’une simple anecdote. De l’histoire de chacun, mais aussi de l’histoire de l’humain et même au-delà, de l’histoire d’une lointaine humanité.
… Le mouvement va devenir un geste, dans tous les sens du terme, puisqu'il est porté par le souffle et habité d’une intention de présence à l’instant. La routine nous quitte, la vigilance s’installe maintenue par la juste position du corps et vivifiée par le rythme du souffle. La lenteur s’inscrira d’abord dans le temps de l’expiration : créer le vide pour agrandir l’espace intérieur afin de recevoir dans l’aisance. En inspirant, j’accueille le monde extérieur en moi-même : en expirant, je redonne de moi-même au monde extérieur. Précieux échange, inlassablement offert à la vie. Avec le souffle, l’intimité de notre relation au monde est à l’œuvre. Il sculpte nos espaces intérieurs comme le vent les pierres du désert… Et le temps ainsi rythmé va permettre d’établir une alternance dehors-dedans, mais aussi une différence et une distance. Il ajoute du nouveau à l’être car en séparant il permet de distinguer la sensation inhabituelle, le souvenir qui remonte, l’émotion qui gagne. Il ouvre un nouveau champ de conscience qui est la connaissance de soi. L’observation et l’accueil des sensations sont la clé de voûte de l’édifice. Les temps de suspension dans le travail respiratoire comme les temps de repos entre les postures sont des moments de silence et d’écoute. La possibilité de l’émergence d’un nouveau regard, quel qu’il soit, est offerte.
École d’humilité, de persévérance, le travail régulier sur un tapis de yoga nous ramène sans cesse à la fragilité et à l'impermanence, de ce que nous avions atteint la veille dans une posture. Et à la fois, l’émerveillement d’une possibilité nouvelle ouverte par le souffle ce jour-là, même si les muscles qui semblaient étirés et déliés hier se révèlent raides, raccourcis et récalcitrants. Accueillir ce qui est, sans a priori. Être témoin, sans jugement. Accepter de se laisser surprendre par la nouveauté, l’inattendu, l’inouï. Quel beau mot, inouï ; ce qui n’a pas été encore entendu. Se mettre à l’écoute de l’incroyable qui porte en germe l’ouverture à un autrement. L’horizon s’agrandit. Le yoga s’est cela : un regard porté sur le monde, un darshana comme le nomme la philosophie indienne.

Isabelle Morin Larbey
Extrait de la Mémoire et le Souffle

Publié dans Textes

Partager cet article
Repost0

1 2 3 > >>